Pourquoi pas... un monde sans frontières?

Cet article est le premier extrait d'une série intitulée "Pourquoi pas ...?". Son intention est de remettre en question les éléments fondamentaux du monde dans lequel nous vivons. Il vise surtout à générer des questions, des conversations et encourager le changement. N'hésitez pas à nous contacter pour continuer la conversation!



Depuis ma naissance et jusqu'à tout récemment, je vivais dans un monde où voyager était facile. Né citoyen français, je suis titulaire d’un passeport qui m'a permis de voyager à peu près partout sans aucune limite.


Un voyage dans le temps à la recherche d'idées

Je suis né à une époque où il fallait encore s'arrêter à la frontière et faire tamponner son passeport. A cette époque, pour moi, c'était presque comme un jeu! Je me souviens clairement, lors de nos vacances, voyageant à travers l’Europe avec mes parents, en nous arrêtant à chaque poste frontière, rencontrer le douanier dans son uniforme (à cette époque presque exclusivement masculin) et en le regardant apposer un tampon sur les passeports.

Je prenais alors avec excitation le passeport de la main de mon père pour regarder tous ces tampons, en souvenir de ces nouveaux lieux étonnants que je découvrais.

Mon meilleur souvenir date du jour où nous avons atteint la frontière turque en route pour Istanbul et le mythique Bosphore! Nous nous sommes arrêtés au poste frontière et sommes allés au bureau de douane où l'officier était assis, derrière la vitre de sécurité. Il nous a accueillis avec un grand sourire. Il était gentil d'un gros gars et je me souviens clairement de sa grosse moustache! Celui-ci était impressionnant!

Et soudain il m'a regardé, petit garçon blondinet avec les yeux grands ouverts devant toute cette nouveauté, et il a bougé son doigt comme pour me dire: «approche-toi». Puis il m'a fait signe de lui montrer ma main. Mon père m'a regardé et m'a encouragé à le faire. Je ne savais pas trop pourquoi…

Et puis il a pris ma main et l'a tamponnée! J'étais vraiment fier et tout le monde a ri!

Au fil des ans, où que je sois allé, Japon, Malaisie, États-Unis, Europe… Je n’ai jamais eu à penser à la planification, à la paperasse, aux procédures de visas… Voyager était amusant et facile. Même en allant de Brunei en Malaisie à bord d’un ferry local, en passant par l’île de Labuan, je ne pensais pas aux problèmes que je rencontrais en traversant la frontière. J'étais juste amusé par la façon dont les douaniers essayaient de mettre consciemment leurs tampons les uns après les autres pour cartographier mon voyage sur une seule page du passeport.

Arrivé dans ma trentaine, j'ai dû aller aux États-Unis pendant quelques mois pour un programme d'échange pour lequel j’avais été sélectionné. Et pour la première fois de ma vie, j'ai dû demander un visa. Et j'ai compris qu'un nouveau monde, pas très amusant, s’ouvrait à moi. J'ai commencé à avoir honte de réaliser à quel point voyager n'était pas facile pour tant de gens et de n’avoir jamais pris le temps de m’informer sur cette réalité!

J'ai commencé à avoir honte de réaliser à quel point voyager n'était pas facile pour tant de gens et de n’avoir jamais pris le temps de m’informer sur cette réalité!

Quelle peine de traverser tout ça! Vous vous sentez scruté, examiné, indigne de confiance, jugé avec méfiance du fait de votre seul souhait de visiter dans un autre pays. Comme si par nature le simple fait de visiter ou vivre ailleurs que votre pays d’origine vous rendait coupable par principe.

Au fil des ans, j'ai découvert le prix à payer pour la plupart des gens qui voyagent.

Et puis je me suis demandé… Et peut-être que mon expérience en Europe a poussé à l’émergence de cette question dans mon esprit: pourquoi avons-nous encore besoin de frontières? Pourquoi devons-nous toujours compter sur notre État natal pour être autorisé à voyager? Pourquoi devons-nous être considérés eu égard aux pires individus détenant la même «citoyenneté»? Quelque chose s’est allumé dans mon esprit me disant que cela n'était pas normal.

J'ai alors commencé à lire, à faire des recherches, à parler, à partager… Au point où j'ai réalisé que le temps était venu. Il est temps aujourd’hui de faire tomber les frontières, il est temps que les États cessent d’être ceux qui nous disent comment et où nous pouvons voyager et dans quelles conditions. Il est temps que tout le monde soit vraiment libre!


Grandir tous en tant qu’espèce humaine

Il est temps d’atteindre le niveau d’évolution suivant pour les sociétés humaines. Nous avons commencé il y a des centaines de milliers d’années en tant qu'individus, puis nous nous sommes lentement organisé en groupes familiaux, puis des groupes légèrement plus importants au fil des siècles. Nous avons fini par former des clans, des tribus, des villages, des villes, des comtés, des principautés, des royaumes, et enfin des états.

Mais soyons honnêtes, les États n'existent que sous leur forme moderne (le célèbre État-nation) depuis le 19ème siècle seulement. À l’échelle de l’histoire de l’humanité et de l’histoire de la planète, ce sont des concepts assez jeunes. Ils ne sont pas là depuis la nuit des temps. Alors, pourquoi devraient-ils rester s'ils ne sont tout bonnement plus utiles ou adaptés au monde global d’aujourd’hui? Pourquoi cette notion contextuelle et représentative d’une vieille époque devrait-elle rester si ancrée dans notre vie quotidienne?

Et avec cette réflexion viennent beaucoup de questions secondaires sur l’identité, le concept de «nationalité», le droit du sol et le droit du sang (deux expressions effrayantes pour moi, souvenirs de temps sombres pas si lointains)…

Je revendique le droit d’être humain un point c’est tout. Mais je le réclame avec ferveur! Je prétends avoir le droit d’être vu comme un être vivant de la planète Terre. Je prétends ne pas avoir à nécessairement «appartenir» à une organisation qui a fait plus de mal que de bien.

Je revendique le droit d’être humain un point c’est tout. Mais je le réclame avec ferveur! Je prétends avoir le droit d’être vu comme un être vivant de la planète Terre. Je prétends ne pas avoir à nécessairement «appartenir» à une organisation qui a fait plus de mal que de bien.

Et comme la nature ne met pas de limites à la vie, pourquoi devrais-je en avoir? Qui sont ceux qui décident où et quand je peux aller quelque part et pourquoi je ne devrais pas le faire? Pourquoi devraient-ils être plus importants que moi et ces millions de personnes qui voyagent pour de bonnes raisons?

Alors bien sûr, j'entends des gens me dire: oui, mais la nature a aussi des frontières. En effet, certains animaux laissent des indices sur différentes zones pour former un territoire qu’ils revendiquent. Mais interdisent-ils complètement le passage des autres? Surtout, limitent-ils le passage d'autres espèces? Ils prétendent à un droit de priorité sur une terre où ils vivent, ils utilisent et gèrent (parce que oui les animaux gèrent leurs terres) ce qui pourrait être compréhensible en termes de survie. Mais ils n'interdisent aucun mouvement. Et ils respectent certains endroits et les reconnaissent comme ouverts à tous, des endroits connus pour être essentiels pour toutes les espèces telles que les points d’eau. 

Nous entendons parler de la mondialisation depuis longtemps. Mais la véritable mondialisation, qui est la capacité des individus à vivre à l’échelle mondiale, n’existe pas encore à l’échelle individuelle. Elle n'existe que pour les entreprises qui ne se soucient plus des règles imposées par les États. Pourquoi le seraient-elles? Elles sont plus grandes et plus puissantes que la plupart de ces états! La mondialisation existe aussi pour les ressources primaires, principalement pour fournir à une minorité la possibilité d’exploiter et de faire du profit au détriment d’autres endroits et des populations locales la plupart du temps. Ne pensez-vous pas qu’il est temps de laisser tomber les frontières? 

Il faut changer notre point de vue sur la façon dont nous organisons nos sociétés. 

Tout d'abord, considérons ceci: le lieu où vous êtes né n'est pas une question de choix, c'est une question de fait. Vous êtes né ici ou là juste parce que. "Juste parce que" est juste un fait aléatoire. 

Tout d'abord, considérons ceci: le lieu où vous êtes né n'est pas une question de choix, c'est une question de fait. Vous êtes né ici ou là juste parce que. "Juste parce que" est juste un fait aléatoire. 

Alors, pourquoi, sur la base du simple hasard, serez-vous autorisé à revendiquer plus de droits que quelqu'un qui ferait un choix conscient de vivre là où vous vivez actuellement? Est-ce que ça a vraiment du sens pour vous? 


Combattre les préjugés avec du bon sens 

Deuxièmement, regardons les frontières: ont-elles vraiment un sens? Disons que vous naviguez sur l’océan, cet espace naturel ouvert. Mais parce que quelqu'un l'a dit, soudainement, entre cette vague et l'autre, non pas celle-ci, la suivante en fait oh non… attendez, j’ai du mal à voir… quoiqu’il en soit, vous traversez soudainement une «frontière» sans que cela ne soit évident. 

Certains diraient que les montagnes sont des frontières naturelles. Elles le sont, mais vous êtes pour autant toujours libre de les traverser si vous en avez la possibilité, aucune montagne ne vous interdit de traverser! Donc, les fondements de la situation actuelle ne sont pas très sensées d’un point de vue concret mais ils ont pourtant été utilisés comme base de notre système actuel. 

Voyons ce problème à travers un autre objectif plus pratique. Voyager est quelque chose que vous devez expérimenter pour vraiment comprendre ce que cela implique. Vous ne pouvez pas imaginer ce que cela peut représenter pour les gens qui quittent un endroit pour vivre dans un autre, en particulier quand ils sont forcés de le faire par des événements dramatiques. Mais une fois arrivés à destination, ils sont accueillis par des personnes qui, la plupart du temps, n’ont jamais quitté leur pays d’origine. 

Comment peuvent-ils comprendre ce que vivent ces gens s'ils ne l'ont pas vécu eux-mêmes? Par conséquent, ils considèrent la situation sous l'angle de leur seule situation privilégiée et verront naturellement ces personnes comme désireuses de bénéficier des mêmes privilèges. Avez-vous déjà rencontré un agent d'immigration qui était lui-même immigrant? Essayez, vous verrez qu'ils sont généralement plus agréables car ils savent exactement ce que vous traversez.

De plus, soyons honnêtes, ceux qui veulent vraiment franchir une frontière pour de «mauvaises» raisons (et ici nous il s’agit de motifs criminels) trouveront toujours un moyen de tromper le processus ou de le passer en revue. Ainsi, les personnes les plus touchées sont généralement celles qui voyagent pour de véritables raisons. 

Les systèmes actuels ne répondent donc pas à l’objectif pour lequel ils ont été créés et rendent la vie de chacun plus douloureuse. Toutes les bonnes raisons de s'en débarrasser! 

Les systèmes actuels ne répondent donc pas à l’objectif pour lequel ils ont été créés et rendent la vie de chacun plus douloureuse. Toutes les bonnes raisons de s'en débarrasser! 

De nombreuses études suggèrent que la suppression des frontières augmentera la richesse économique, et non l'inverse. Pourtant, les gens pensent toujours que protéger l'espace dans lequel ils vivent du fait d’éléments aléatoires contre les personnes qui voudraient y vivre du fait d’un choix conscient créerait un profit économique. Mais cela ne serait vrai que pour une catégorie spécifique de personnes déjà avantagées qui bénéficient principalement des inégalités actuelles. Et encore une fois, pourquoi avons-nous permis aux entreprises et non aux individus d’être vraiment mondiaux? Je suppose que c’est parce que les États s’efforcent de garder le contrôle de la population qui vit sous leur autorité et que la classe dominante reste au pouvoir. 

Il suffit de regarder la simple idée du passeport: votre Etat de citoyenneté détermine si vous êtes digne de voyager et d’autres États examinent qui est votre «État parrain» avant de vous laisser entrer. 

En gros, vous êtes responsable des erreurs de votre pays natal. États qui essaie du mieux possible de vous garder sous sa main. S'agit-il de la dernière bataille des États impuissants de la vieille école qui ne peuvent plus répondre efficacement aux défis d'aujourd'hui? 

Car non seulement les entreprises sont mondiales, mais les défis d’aujourd’hui aussi! Le changement climatique ne fait pas cas des frontières. Mais malheureusement, les politiques visant à lutter contre ce fléau sont toujours mises en œuvre dans des limites artificielles et les États n’ont pas toujours la volonté de s’attaquer à ce défi dramatique et vital auquel l’humanité est confrontée 

La pauvreté est également devenue mondiale parce que le commerce est mondial. Pourtant, les politiques de lutte contre la pauvreté sont mises en œuvre à l’intérieur des frontières sans une logique mondiale claire pour le soutenir. Et la liste pourrait continuer comme ça pendant longtemps… 

Mais je ne suis pas là pour parler de problèmes. Je suis ici pour proposer des solutions. 

Mais avant de passer aux solutions, voici un autre élément évident pour vous faire repenser la façon dont vous pensez aux frontières. Lorsque l’on pense frontière, ce ne sont pas seulement les frontières géographiques ou les frontières politiques. Nous pouvons étendre cette notion à toute limitation apportée à des catégories spécifiques de personnes. 

Et comme l’a si bien expliqué Michael A. Clemens dans son étude «Economics and Emigrations: Trillion dollar bills on sidewalk» (je vous recommande cette lecture), Les gens qui disent que les immigrés occupent des emplois, diraient-ils la même chose des femmes qui depuis plus de 50 ans ont le droit de travailler? “Les externalités comme celles-ci sont souvent supposées être si répandues que la littérature fait référence à la migration qualifiée avec un slogan percutant -« fuite des cerveaux »- (…) (Pour voir pourquoi les économistes devraient éviter ce terme, lisez un article de journal sur la participation des femmes au marché du travail qui s’intitulerait le «taux d'abandon familial».)” Et vous pourriez remonter le temps pour poser les mêmes questions sur l'abolition de l'esclavage. 

“Les externalités comme celles-ci sont souvent supposées être si répandues que la littérature fait référence à la migration qualifiée avec un slogan percutant -« fuite des cerveaux »- (…) (Pour voir pourquoi les économistes devraient éviter ce terme, lisez un article de journal sur la participation des femmes au marché du travail qui s’intitulerait le «taux d'abandon familial».)”

Un problème pour le marché du travail? Je défie quiconque de soutenir cet argument. 

Donc, si vous ne pouvez pas soutenir cet argument, comment pouvez-vous soutenir celui qui affirme que la migration est une menace pour le marché du travail? 


Ouvrir les frontières et les esprits

Parlons donc de solutions: évidemment, il ne serait pas efficace de supprimer les frontières en un instant et de laisser les gens partir. 

Nous ne devrions pas répéter les erreurs commises lorsque certains pays ont changé de régime. En premier lieu, nous pourrions changer le régime actuel des passeports et les passer de la responsabilité des États pour être sous la responsabilité des individus. En fonction de qui peut ou ne peut pas avoir un passeport ou quel passeport est plus efficace que d’autres, donnons à chacun le droit d’avoir un passeport. 

Comme certains pays accordent un droit constitutionnel au bonheur (ou du moins à la “poursuite du bonheur” dit le pays qui est maintenant si disposé à construire des murs et à créer une société contre l'exclusion), pourquoi pas un droit universel de voyager et de vivre sur la même planète et partout sur la planète à notre guise? Cela ne signifie pas que tout devrait être autorisé. Il y a une ligne claire entre la liberté et l’anomie! En effet, il serait facilement réalisable, tout au long de la vie de la personne, d’enregistrer ses données personnelles. Et donc, il serait alors possible de décider si cette personne peut se déplace d’un espace spécifique à un autre en fonction des coutumes (pas de l'administration, des coutumes traditionnelles), de la culture… sans avoir plus jamais à payer pour ce que les autres de même citoyenneté ou l’État d’origine ont fait. 

Cela encouragera également la sensibilité culturelle, la curiosité et le respect de la différence et de la diversité. Et cela permettra aux gens d’adopter la culture de leur choix et d’aider ainsi chaque culture à se répandre parmi tous les peuples de l’humanité, pas seulement les gens du même endroit. 

À terme, nous devrons atteindre un point où les frontières seront détruites. 

Comment cela pourrait-il fonctionner? Probablement en enlevant l’État de l’échelle du pouvoir. Les villes existent depuis beaucoup plus longtemps que les Etats. Ils ont une légitimité historique et une taille qui correspond à notre façon humaine de collaborer. Et très rarement les villes ont été complètement fermées. Sur ce point, même si ce n’est qu’un roman, lisez «Les piliers de la Terre» de Ken Follett, vous aurez un bon aperçu de la vie dans les villes médiévales.

Les villes étaient en fait des endroits où pouvaient se rassembler les gens originaires d'une aire de distance spécifique pour partager, faire des affaires, parler, apprendre… Les villes ont été et sont des lieux de diversité et de systèmes de règles collectives pour que chacun puisse interagir correctement et efficacement les uns avec les autres (propreté, égouts, monnaies… toutes ces politiques ont été créées par les villes). La plupart du temps, un certain groupe de villes peut prétendre à des liens culturels communs: coutumes, religion… Assez pour constituer un ensemble cohérent qui puisse travailler facilement ensemble.

Elles se sont ensuite souvent regroupées en comtés, «régions», landers… des espaces culturels cohérents dans la plupart des pays qui essaient de créer un mode de vie harmonieux et prendre soin des connexions entre les différentes villes. Et c'est après cette échelle que nous devons envisager le changement. Les États doivent disparaître et laisser la place à un ensemble plus grand qui réglera les problèmes plus importants, ce qui mènera à la phase finale, la scène internationale. 


Trouver la plus grand dénominateur commun

Une chose à retenir est que nous ne pouvons pas regarder uniquement le plus petit objectif possible. Certaines personnes, pour la plupart des libertariens, affirment aujourd'hui que nous n’avons plus besoin d’États mais que nous ne pouvons traiter qu’avec des individus. Cela ne fonctionne pas aussi bien que les communautés doivent être réglementées à un moment donné.

Et cela est aussi basé sur l'hypothèse, fausse à ma connaissance et selon la science de l'évolution, que les humains sont individualistes et peuvent compter sur eux-mêmes uniquement pour survivre. Si nous nous tournons vers une vision trop individualiste du monde, nous détruisons le lien nécessaire entre les individus. 

Si nous nous tournons vers une vision trop individualiste du monde, nous détruisons le lien nécessaire entre les individus.

Nous sommes une espèce de collaborative, nous avons besoin de liens et nous ne pouvons pas compter uniquement sur nous-mêmes. Nous devons donc voir la situation du point de vue individuel et du point de vue global. L'essentiel est que ces «corps» ne sont là que pour réguler et contrôler certains espaces spécifiques afin d'assurer des interactions positives entre les individus. Mais ils ne doivent plus être des ensembles fermés sans aucune forme de connexion. 

Il est temps de libérer nos communautés et de les responsabiliser en leur donnant la possibilité de se déplacer et d’interagir avec les autres sans avoir à demander des autorisations. Les États maintiennent les gens dans une attitude enfantine et ne sont pas en mesure de gérer correctement leurs propres interactions. 

Et évidemment, comme l’énonce très bien le syndrome de Pygmalion : plus vous dites aux gens qu’ils ne peuvent pas, plus ils vous croiront. C’est dire aux adversaires de cette idée que ce n’est pas parce que vous me démontrerez que c’est comme ça aujourd’hui que ça ne marchera pas demain. 

Parce qu’il est évident que nous n’avons jamais vraiment essayé une autre option pour nous assurer que cela ne fonctionnera pas. 

Et il me semble que tout au long de l’histoire, à l’époque des grandes villes ouvertes comme Venise et toutes les villes méditerranéennes ou du Moyen-Orient à l’époque médiévale ou antérieure, celles-ci ne semblaient pas en perte de croissance. De leur côté, les États ont démontré leur capacité à tuer, à freiner le développement économique en limitant les échanges naturels, à créer des inégalités extrêmes… 

Plus vous gardez un espace clos, moins vous donnez la parole pour un changement. Mais quand il n’y a plus d’espace fixe, quand les choses bougent et changent toujours, personne, à part les individus ou les communautés, ne peut décider de ce qu’elles veulent. C’est là que nous devons vraiment faire des recherches: comment créer des communautés suffisamment flexibles pour être inclusives tout en répondant au besoin naturel d’appartenance que tous les êtres humains ressentent? 

Les écoles ne devraient plus être des lieux d’encouragement à l’identité nationale, mais plutôt des lieux d’autonomisation des êtres humains dan un système inclusif. L’histoire ne devrait pas être enseignée dans une perspective nationale mais comme une combinaison de faits qui interagissent. 

Parce que, la plupart du temps, si vous pensez que votre pays a eu une brillante et glorieuse histoire, cela a probablement été au détriment des autres. Nous devons éduquer les gens sur leur sentiment d’appartenance à une communauté mondiale qui, en fonction de l'environnement et des contraintes spécifiques, a développé une grande variété de réponses à ces contraintes et défis que nous appelons la culture. 

Cette variété n’est pas une menace pour votre propre identité, c’est la démonstration claire de la capacité de notre espèce à s’adapter et à être flexible. 


Êtes-vous prêt? 

Mettre à bas les frontières prendra du temps, cela demandera beaucoup de changements et chaque changement nécessitera beaucoup de collaboration et de réflexion, et beaucoup d’ idées originales. Mais comme chaque changement, il vaudra probablement la peine car ce sera pour le bénéfice du plus grand nombre. 

Sommes-nous prêts pour ce geste audacieux ou sommes-nous toujours disposés à perpétuer les privilèges de quelques-uns? 

Et finalement, la vraie question à la fin est la suivante: considérez-vous encore que vous ne pouvez pas voir chaque être humain sur cette planète comme votre véritable égal et comme propre à être accueilli dans votre maison comme toute autre personne qui vous ressemble physiquement? Pensez-vous vraiment que vous êtes menacé par ceux de votre espèce ou est-ce que le vrai défi est en vous? Éventuellement, êtes-vous prêt pour un acte de foi?

142 views
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon
S'abonner au site - Subscribe to the website

© 2020 by Pacific Ventury. Proudly created with Wix.com