Pourquoi pas… un monde sans argent?


Vous êtes-vous déjà dit, en faisant vos courses et en utilisant un morceau de plastique appelé « carte de crédit », ou en lisant des chiffres virtuels sur votre relevé bancaire en ligne ou en entendant parler des « bazillions » échangés tous les jours sur les marchés financiers: c'est complètement irréel? Ou bien: cela n'a pas de sens? Ou bien encore: sur quoi cela s'appuie-t-il vraiment?


Au cours des 2 dernières années, j’en suis venu à me poser la question, et à la poser à d’autres personnes: « pourquoi pas un monde sans argent? ”


Et cela m’a frappé de constater qu’il était impossible pour la plupart des gens d’envisager un monde sans argent, sans autre monnaie ou outil spécifique qui servirait de critère pour mesurer la valeur des choses. 


Mais je crois pourtant que dans un proche avenir, l'argent disparaîtra. Cela soulèvera certainement de nombreux changements et perturbations. Alors au lieu d'attendre que cela se produise et de réfléchir aux solutions d'ici là, pourquoi ne pas commencer à comprendre comment le monde traversera cet événement?


Pour que le système monétaire actuel fonctionne, il doit reposer sur une valeur encore plus importante: la confiance. Il fallait faire confiance à l’autre personne que la pièce donnée était bien la valeur qu’elle était supposée avoir.

"Donc, plus que sur une valeur matérielle, la monnaie a été fondée sur l’importance de la confiance et de la fiabilité des individus."

 Donc, plus que sur une valeur matérielle, la monnaie a été fondée sur l’importance de la confiance et de la fiabilité des individus.


C’est encore plus important maintenant que l’argent commence à dépendre non plus de la proportion de métal précieux dans chaque pièce, mais de la valeur faciale inscrite sur un simple morceau de papier. Lorsque l'argent scripturaire est apparu, tout était une question de confiance: le morceau de papier que je vous ai donné est d'une valeur que je possède en raison de mon travail et de mes biens matériels. Et si vous l' utilisez, vous serez en mesure d'obtenir des biens de la même valeur comme il est écrit sur le billet.


Voilà pourquoi, lorsque la contrefaçon monétaire parvient sur le marché cela peut perturber fortement l'économie dans la mesure où la valeur inscrite sur les billets ne représente rien, ce n’est que du papier, étayé par aucune valeur économique.


Au fil de l’Histoire, il existe des milliers d’exemples de personnes essayant de jouer avec la capacité de faire confiance afin d’obtenir un intérêt personnel dans les situations. Les rois de France étaient réputés au Moyen-Âge pour faire gratter la surface des pièces afin de réduire la quantité réelle de métal précieux et pour construire de nouvelles pièces avec la même valeur faciale au lieu de créer de la nouvelle monnaie.

"Et de nos jours, l’argent n’est plus qu’une ligne de chiffres dans des logiciels ou des bases de données et repose sur ce que les banques et les gouvernements nous disent."

Et de nos jours, l’argent n’est plus qu’une ligne de chiffres dans des logiciels ou des bases de données et repose sur ce que les banques et les gouvernements nous disent. Voilà pourquoi certaines personnes, et parmi eux le mystérieux « Takashi Nakamoto », ont essayé de penser à une façon de créer un argent qui pourrait être à nouveau basé sur la confiance. La nouvelle tendance était jusque récemment aux “cryptomonnaies”.


Le nom semble obscure, mais en gros il s’agit essentiellement d’un code informatique chiffré et réparti entre les utilisateurs qui est réputé non piratable et donc la source la plus fiable des échanges entre les personnes.


Mais nous savons maintenant que même les crypto-monnaies ne sont pas à 100% infaillibles. La confiance forte que beaucoup de gens placent dans ces nouvelles devises repose donc plus sur l’espoir que sur la réalité.


De plus la valeur de ces nouvelles monnaies est très volatile (fin 2017, début 2018 les montagnes russes du Bitcoin sont une preuve évidente de cette volatilité) et elles nécessitent aussi une énorme quantité d'énergie pour être créées (minées). Ce qui, en temps de changement climatique, n’apparaît pas très pertinent! 


Pour ce que valent ces premiers paragraphes, cette présentation basique du système monétaire est utilisée par de nombreux économistes pour nous faire comprendre que la monnaie est à la base de nos économies, suffisamment vieille pour se justifier uniquement par son existence et que le système ne peut pas compter sur autre chose et ne peut donc changer.


Dernier commentaire avant de continuer. N’oublions pas qu'aujourd'hui, les devises ne sont plus adossées à une valeur « matérielle » telle qu'elle était auparavant en or. Ainsi, les monnaies sont fondamentalement une représentation artificielle de l'économie d'un pays, sachant que certains pays sont réputés pour jouer avec leurs monnaies pour stimuler leur économie. Ainsi, lorsque vous parcourez l’Histoire de l’argent et des devises, la grande question qui se pose est la suivante: l’argent représente-t-il une valeur réelle ou s’agit-il maintenant d’une simple fiction dans laquelle tout le monde croit et a toujours confiance? Et si oui, la confiance et la capacité de croire en cette fiction sont-elles la vraie monnaie? Et si oui, sommes-nous juste des imbéciles aveugles croyant en quelque chose qui conduit nos vies et qui n’a pas une existence beaucoup plus réelle que des fantômes et des horoscopes?


Et puis il y a eu les années 2008 et 2009. Ces années sont celles où tout le système financier est tombé en panne. Non seulement des milliards de dollars américains ont été perdus, mais cela a également détruit tout le système bancaire.


Si vous lisez des articles sur cette crise, la plupart se concentrent sur les éléments techniques de la situation. Et de nombreuses études économiques vous diront que l’économie mondiale s’est plus ou moins remise de la crise. Ils ont probablement raison, qui suis-je pour comprendre les détails techniques?


Mais la plupart des gens oublient que la crise de 2008/2009 n’était pas une crise «financière», c’était une crise de « confiance », un événement qui a bouleversé les bases profondes du système dans lequel nous vivons aujourd’hui. Et nous n’avons pas encore récupéré. Pourquoi? Parce que ceux qui ont trahi notre confiance n'ont jamais été punis pour cela.

"C’est en Islande seulement que les banquiers ont été punis et envoyés en prison pour payer leur dette à la société."

C’est en Islande seulement que les banquiers ont été punis et envoyés en prison pour payer leur dette à la société. 


La crise à cette époque était principalement due au fait que certaines personnes, principalement des banquiers, ont décidé de parier sur l’incapacité des ménages à payer ses hypothèques. À un moment donné, il y avait sur ce marché plus de jeu type “casino" que de bonne gestion financière. Et ce n'était pas seulement un ou deux mecs voyous dans leur bureau quelque part à Wall Street. C’était littéralement monnaie courante! À tous les niveaux du système, le marché immobilier américain devint une course pour gagner le plus d'argent possible sans aucune limite éthique. L'affaire Enron en est également une autre bonne illustration.


Il n’y avait qu’un seul objectif dans cette situation: non pas de vouloir aider les ménages à accéder facilement aux hypothèques s’ils étaient dans une situation difficile et voulaient financer les études de leurs enfants , ni même la volonté de développer l’économie mondiale, ni encore la volonté de créer un marché fort qui contribuera à créer des emplois ou à aider les jeunes entrepreneurs … Non, non et non encore. Un seul objectif: l’intérêt personnel de ceux qui jouaient pour faire fructifier leur patrimoine personnel au détriment de la vie de chacun. Ce n'est même pas une caricature, car la plupart d'entre eux savaient exactement que ce qu'ils faisaient était mauvais, parfois illégal, du moins contraire à l'éthique. Mais ils l'ont fait et ils ne se sont jamais arrêtés.

Et quand la crise a pris fin, ils nous ont tous demandé de leur faire confiance et de leur donner à nouveau notre argent, la valeur de notre travail quotidien, de notre énergie quotidienne.

N'est-ce pas un problème de confiance? Est-il normal que les personnes qui produisent quelque chose de concret aident certaines personnes à jouer à des jeux virtuels afin de créer leur propre richesse basée sur des éléments artificiels et des algorithmes informatiques biaisés?

Il fut un temps où les banques n'étaient pas ces puissantes organisations mondiales. C’étaient de simples administrations qui permettaient de suivre les échanges commerciaux et leurs valeurs.


Terminé.


 Nous ne pouvons pas continuer à vivre dans l’illusion d’un système qui ne cesse de nous dire que nous pouvons lui faire confiance lorsque le système est dirigé par des personnes qui ont détruit notre confiance et qui sont encore aujourd’hui en position de force.

Le système doit changer.


Mais il y a plus à ceci.


Avez-vous déjà fait du bénévolat? Avez-vous aidé vos voisins? Avez-vous été ou êtes-vous une mère, un père, élevant votre enfant pour en faire un bon individu qui fournira de bonnes actions et agira pour l'avenir?


Vous avez probablement répondu oui à au moins une de ces questions.


Êtes-vous " payé " pour ce travail? Cela signifie-t-il que ce travail n'a aucune valeur pour la société? On pourrait affirmer que c’est le cas, car techniquement il n’a pas d’équivalence monétaire.

Pourtant, cela reste probablement au moins aussi précieux que tout autre engagement professionnel. Surtout quand on sait que 10 à 15% des emplois des entreprises actuelles pourrait disparaître demain sans que ne soyez en mesure de le remarquer ... Arrêtez d' aider vos voisins ils vont certainement voir la différence!


 Bien sûr, vous me direz que vous le faites avec gentillesse et bonne volonté et que vous ne le faites pas pour être payé. Bien sûr, et c’en est heureux. Et bien sûr que ce n'est pas « échangeable » au sens purement économique et donc il n'y a aucune raison que cela soit payé à un moment donné.

Parce que l'argent et l'économie actuelle sont traditionnellement axés sur la valeur que nous donnons à des éléments concrets, des matériaux, des ressources: des choses que nous pouvons toucher, ressentir, utiliser et transformer à travers un processus industriel et que nous savons être courantes ou rares et donc dès lors être évalué en conséquence.


Mais qu'en est-il du travail intellectuel? Qu'en est-il des idées? Des arts? Des engagements individuels pour les autres? Qu'en est-il de toutes ces choses qui changent le monde plus que ne peuvent le faire l'or ou le fer? Qu'en est-il du fait que les connaissances ne seront jamais rares et transférables sans perdre leur valeur ou leur quantité au profit de celui qui les transfère?

Lorsque vous réfléchissez au concept d’« économie de la connaissance », vous réalisez que la valeur attribuée aux produits ou services est essentiellement virtuelle et ne repose que sur des « sentiments » ou sur les « besoins » actuels que nous pensons avoir.

"Finalement, nous vivons dans un monde où ce qui est vraiment important n’a aucune valeur et ce qui est très utile a une valeur artificielle."

 Finalement, nous vivons dans un monde où ce qui est vraiment important n’a aucune valeur et ce qui est très utile a une valeur artificielle.


Parce qu’au bout du compte, tout « doit » être réduit à l’argent. L' argent qui, nous le savons maintenant, est un outil fictif sur lequel nous pouvons plus avoir confiance parce qu'il a été contaminé par ceux qui étaient censés être en charge de sa probité!

Alors que faisons-nous?


Certains l’ont dit: il faut désarmais compter sur les cryptomonnaies ou leur système fondamental: le blockchain. Elles sont (ou non) fiables, et n’ont besoin (pour l'instant) d’aucun intermédiaire pour sécuriser la transaction. Elles sont donc le meilleur vecteur de confiance car elles peuvent également être utilisés pour certifier les situations ou actes juridiques (brevets, contrats,...).

Mais en 2017, la figure de proue des crypto-monnaies a connu une forte fièvre sur les marchés et a atteint un pic de valeur en décembre, atteignant 18 000 dollars US. Et puis elle est tombée. Et ensuite, nous avons appris que ce pic avait apparemment été artificiellement créé par certaines personnes désireuses de servir leurs intérêts par le biais de la nouvelle attractivité de ce nouvel outil financier.


Et la confiance était à nouveau brisée. 


Lorsque nous réfléchissons à un modèle de « nouvelle économie », nous devons commencer par revenir à la base: la confiance. Comment pouvons-nous instaurer la confiance pour que les interactions humaines soient à nouveau valables?


Mais qu'entendons-nous par:

- Interactions humaines? Il peut s’agir de toute tâche ou acte créé ou organisée entre un ou plusieurs êtres humains. Et c’est ce que le commerce ou les affaires sont au tout début: faire quelque chose pour servir les besoins de quelqu'un et, ce faisant, servir ceux qui en ont besoin en retour. Il y a beaucoup de résultats positifs dans cette situation... quand il est assez équilibré et pas quand l’un cherche à obtenir la part du lion et que l'autre est quasiment poignardé dans le dos par une minorité de personnes,

- Valeur? cela ne devrait plus être considéré comme la valeur équivalente en fonction de la disponibilité d'une ressource spécifique. Nous savons maintenant que les ressources matérielles sont limitées. Donc , si nous continuons de cette façon que nous allons atteindre un point où tout sera si « cher » que seuls quelques minorités seront en mesure de payer les besoins humains fondamentaux. Est-ce vraiment ce que nous voulons? La valeur de quelque chose devrait être estimée à travers les avantages que cela apporte au bien commun, au collectif. Comment cela sert-il notre présent et notre avenir? Comment aider à créer quelque chose de mieux pour tout le monde? Et pas comment puis-je en tirer le maximum pour moi, moi et moi!


Nous devons éliminer l'économie de l'ego. Non pas en revenant à de vieux systèmes qui se sont avérés inefficaces. Je dis cela car je vois certains penser que je vais vous suggérer d'aller vers un système communiste. Pas du tout. Parce que même ce système est basé sur la valeur artificielle ou subjective donnée aux choses.


Je parle de quelque chose qui serait révolutionnaire car il contribuera à valoriser ce qui est important dans le monde d'aujourd'hui: ne pas partager les biens avec tout le monde de façon parfaitement équitablement, mais faire des choses qui seront appréciées parce qu'elles profitent à tous et non juste à quelques-uns. 

"Faire des choses qui favorisent l'autonomisation de l'individu et une répartition des capacités qui aideront la collectivité à croître."

Faire des choses qui favorisent l'autonomisation de l'individu et une répartition des capacités qui aideront la collectivité à croître.


Les ressources sont limitées. Ainsi, l’économie basée sur une consommation de biens persistante et continue conduira certainement à notre disparition finale car nous serons à court de ressources. Soyons honnête, la plupart de la chose que nous achetons ne sont pas vraiment utiles et ne vous apportent pas grand chose pour faciliter votre façon de vivre. Ce ne sont que des choses. Plastique sans âme…


Mais nous avons dû développer cela dans l’économie actuelle, car pour la plupart des producteurs de ces produits, c’était la seule option pour gagner de l’argent afin de vivre ou de survivre pour le moins.


Mais que se passe-t-il si on considérait que tout le travail effectué pour les autres a une valeur réelle et vous donne la possibilité de grandir dans la vie?


Il est en effet difficile d'imaginer quand vous avez grandi avec l'idée bien ancrée que tout à besoin d'être commercialisé pour avoir une valeur, la valeur étant la correspondance de ce que vous avez avec une certaine quantité arbitraire d'argent. 


Oui, arbitraire. Voyons les choses en face, les marchés ne sont pas rationnels et sont tellement influencés par les mentalités, les préjugés ou tout autre élément qui fait que même les marchés offrent éventuellement une valeur arbitraire. Il est juste que depuis des décennies, nous sommes tous d' accord sur le fait que cette arbitraire était la norme actuelle.


Alors, comment pouvons-nous passer au niveau suivant de notre évolution en tant que société? Comment pouvons-nous atteindre la capacité d'appliquer ce « pourquoi pas »?


La première chose à faire serait de déconnecter le travail que nous faisons de la valeur monétaire que nous lui donnons. le revenu universel (ou UBI en anglais), devenu une nouvelle tendance dans les débats publics, pourrait constituer une solution.


Mais comme son nom l'indique, il doit être universel, donc appliqué globalement. Le résultat positif sera que les États ne seront plus en mesure de prendre une décision pour l'économie (c'est-à-dire le système traitant des interactions humaines) basé sur des limites ou des frontières virtuelles (plus à ce sujet dans nos précédents articles), mais devront envisager les implications de leur décision au niveau mondial.


En veillant à ce que chacun reçoive suffisamment pour vivre selon un standard minimum, nous pourrons alors concentrer notre travail sur ce qui donne aux personnes la capacité de s'autonomiser. 


Mais cela ne suffira même pas encore.


 La question est de savoir sur quoi nous pouvons compter pour aider la société à continuer de croître (pas matériellement mais à un niveau humain) sans appauvrir les autres ni la planète dans laquelle nous vivons tous.


Quel est l'élément actuel qui est (et a toujours été) précieux pour nous et est-ce celui que nous pouvons définir objectivement? 


Je crois que l'énergie est la clé.


 Soit dit en passant, regardez tous les films de science-fiction. Vous verrez que la plupart d'entre eux ne mentionnent de monnaies spécifiques.


Une attitude de prospective-raison-conclusion pourrait pousser à considérer que, dans un avenir proche, le dollar américain, l'euro, le yuan chinois pourraient éventuellement gouverner le monde tant les monnaies sont les fers de lance de la diplomatie mondiale actuelle. Mais non.

La plupart du temps, ces films parlent de « crédits » ou « unités » . De quoi? Personne ne sait vraiment. 


Mais qu'en est-il de l'énergie? Pourquoi ne pas considérer que le travail que vous faites (au bureau, à la maison ou dans n'importe quelle organisation … ) produit de l'énergie bénéfique pour les autres? Que lorsque vous économisez de l'énergie, vous gagnez de la richesse?


Un système pourrait être créé non seulement sur la base de la monnaie telle que nous la connaissons aujourd'hui, mais également en tant que niveau d'énergie que nous produisons pour le bien commun et que nous évitons de gaspiller pour rien.


Non seulement ce sera plus réaliste en termes de ce que nous produisons vraiment sur une base quotidienne, mais cela pourrait aider à construire une économie adaptée au défi d'aujourd'hui et de demain à savoir le changement climatique.


Ceci est juste le début de la réflexion et le débat est grandement ouvert pour contester l'idée ou trouver quelque chose efficace et réaliste.

 "Mais il me semble que l' énergie est une façon meilleure et en tout cas plus appropriée pour décrire la valeur du monde d'aujourd'hui."

Mais il me semble que l' énergie est une façon meilleure et en tout cas plus appropriée pour décrire la valeur du monde d'aujourd'hui.


Comme il ne s’agira plus de posséder des choses ayant une valeur fixe, mais de privilégier l’expérience et l’engagement personnel pour le bien commun; ce ne sera pas à propos de combien vous possédez, mais combien vous contribuez à créer en éduquant, en fournissant des services, en livrant des biens utiles …


Les biens devraient être conçus en fonction de la quantité minimale d’énergie utilisée, sinon ils seraient trop coûteux. Cela ferait appel à des vêtements économes en énergie, éviterait les biens inutiles destinés à favoriser les consommations monétaires …


Il semble ici que nous pourrions avoir un cercle vertueux qui pourrait aider à construire un monde plus réaliste et plus juste, axé sur la manière de responsabiliser, de développer l’humanité non plus sur la croissance de la richesse d’une minorité qui, pour la plupart, tire parti de la misère des autres pour créer et abuser de biens matériels qui ne participent en aucun cas à construire un monde meilleur.


Alors combien d’énergie tu vaux pourrait être la nouvelle chose cool à dire! Sachant qu'il ne s’agirait plus de parler de chiffres élevés mais plus d’un équilibre ou un indice balancier entre ce que vous avez aidé à produire et à ce que vous avez aidé à économiser.


Sur ce point, l’indice pourrait fournir des « unités » ou des « crédits » pour que vous obteniez ce dont vous avez besoin, même pour les choses que vous « voudriez », car il n’y aura plus beaucoup de biens inutiles.


 L'énergie est facile à mesurer, à mettre à l'échelle et à évaluer, et donc facile à créer dans une nécessité de confiance. Nous pourrions alors revenir aux bases de ce qui constituait notre ancien système monétaire qui, après des siècles de bons services, seraient en mesure de prendre une retraite bien méritée et de laisser la place à un système plus pratique pour les défis de l’humanité et va affronter.


Alors pour conclure, et au vu de ces diverses réflexions, pourquoi n'essayons-nous pas de démarrer cette nouvelle conversation? Souhaitons-nous vraiment que le système monétaire et financier actuel persiste en l’état? Ou bien sommes-nous disposés à l'améliorer? A le changer? Ou tout simplement essayer de penser à faire les choses différemment ... Comme d'habitude, il s'agit de poser la question: et si ...?

418 views
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon
S'abonner au site - Subscribe to the website

© 2020 by Pacific Ventury. Proudly created with Wix.com